Nouveau souffle.

Cherchant sur les hauteurs, l’espoir d’une lueur.
Un regard, un geste, même un sourire qui pleure.

L’envie de vivre pleinement l’expérience de la vie.
L’ennui d’être ivre en permanence, en quête de survie.

Ignorant la crainte et la peur,
La perte des proches et leurs valeurs.

Au-delà du paysage de nos égaux,
De la croisée de nos débats moraux,
Il est un mot qui, pour tous est le même, fardeau.

En cherchant ce fameux souffle nouveau,
J’ai perdu le mien, dans l’écriture de ces quelques maux.

©Gökhan Demirel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :