Le voile

J’ai laissé les saisons
Défiler sous mon blouson,

Les fleurs s’effriter
Par la douce rosée de la pensée.

J’ai vu des hommes jouer
Comme s’ils vendaient du muguet.

Entre le ciel bleu et l’espace,
En ce lieu où le cœur se cache,

Ô voilà la voie lactée qui nous fait face,
Le jour est le secret que l’on nous arrache.

Et c’est un mystère perspicace
Qui se glisse sous notre menton

Mais pourtant nous fait face…

©Gökhan Demirel

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :